Repenser l‘alimentation

Comment la nourriture peut-elle être équitable et respectueuse de l‘environnement ? C’est ce qu’explique Nina Wolff, présidente de Slow Food Deutschland dans une interview.

Slow Food est synonyme d’une alimentation savoureuse, responsable et régionale.
Slow Food est synonyme d’une alimentation savoureuse, responsable et régionale. beavera - stock.adobe.com

Le réseau mondial Slow Food s’engage dans le monde entier pour une alimentation durable pour tous. Nina Wolff, présidente de Slow Food Deutschland e.V. explique comment cela fonctionne.

Nina Wolff est juriste et experte en matière de pêche et de protection de la mer.
Nina Wolff est juriste et experte en matière de pêche et de protection de la mer Dirk Vogel

Madame Wolff, quelle est l’idée derrière Slow Food ?
Slow Food travaille à l’adaptation d’un monde alimentaire où tout le monde a accès à une nourriture bonne, propre et équitable. Slow Food montre quelles sont les mesures politiques, pratiques et culinaires nécessaires pour y parvenir.

Comment travaille Slow Food ?
Nous nous engageons au niveau régional, national ainsi qu’international par un travail concernant l’éducation, avec des projets de protection de la diversité et en représentant des intérêts politiques. Slow Food est actif dans plus de 160 pays, parfois avec une propre représentation nationale, comme c’est le cas en Allemagne, ou avec des projets individuels.

Comment, en adoptant une alimentation durable, pouvons-nous contribuer à améliorer les systèmes alimentaires mondiaux ?
Si la demande en produits durables augmente, cela aura un effet positif sur une production durable. Selon Slow Food, il est essentiel que la société civile, le monde politique et le commerce donnent envie de consommer une alimentation durable et convainquent qu’il est possible de concilier le plaisir de manger et la responsabilité vis-à-vis des personnes, des animaux, de l’environnement et du climat. 

Quelle est l’influence de l’industrie alimentaire sur le climat ?
Les processus liés à la production, à la vente et à la consommation de nos aliments sont responsables d’environ un tiers des émissions de gaz à effet de serre générées par l’homme. Les produits d’origine animale et le gaspillage de la nourriture jouent un grand rôle. Le système alimentaire industriel contribue largement aux grandes crises de notre époque : le changement climatique, la perte de biodiversité et, les crises sociales.

Il est possible de concilier le plaisir de manger et la responsabilité vis-à-vis des personnes, des animaux, de l’environnement et du climat.

Nina Wolff

Avec ses objectifs de durabilité, l’ONU souhaite éradiquer la faim dans le monde entier d’ici 2030. Que doit-il se passer pour que nous y parvenions ?
Nous devrions, en tant que communauté mondiale, placer l’équité au niveau mondial et la justice sociale au centre de nos actions et tenir compte des limites planétaires dans la manière dont nous produisons, transformons et utilisons les aliments et nous devrions surtout favoriser les circuits régionaux. Pour que les ressources de notre planète soient suffisantes pour tout le monde, nous devons, dans le Nord de celle-ci, modifier notre mode d’alimentation sur trois points essentiels : nettement plus végétal, plus régional et sans gaspillage.    

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: