Entre crainte et amour

Les Allemands et leur forêt – lisez ici un petit compte à rebours sur une relation particulièrement émotionnelle.

Ensorcelée – un regard chargé d’émotion sur la Forêt Noire
Ensorcelée – un regard chargé d’émotion sur la Forêt Noire picture alliance / Zoonar

La forêt joue un rôle important dans l’histoire et la culture allemande. Quelques exemples : 

Une scène de la légendaire mise en scène de « Siegfried » par Tankred Dorst en 2008 à Bayreuth
Une scène de la légendaire mise en scène de « Siegfried » par Tankred Dorst en 2008 à Bayreuth
picture-alliance/ dpa

Quatre exemples d’art avec, dans et sur la forêt

 

  1. Johann Wolfgang von Goethe a écrit « Der Erlkönig » (Le Roi des aulnes), l’œuvre lyrique la plus connue sur la mystique de la nature : Qui chevauche si tard à travers la nuit et le vent… »
  2. Joseph Beuys a entamé l’une des actions artistiques allemandes de plus grande envergure à la documenta 1982 à Kassel en plantant des arbres : 7.000 Eichen – Stadtverwaldung statt Stadtverwaltung.
  3. Richard Wagner a donné le cycle « L’Anneau des Nibelungen », un opéra de 16 heures, en 1876. Basé sur une vieille légende, ce cycle fait une large place à la forêt.
  4. Alexandra a chanté en 1968 « Mon ami l’arbre », une ode à la nature qui a connu un beau succès.

 

La sylviculture aujourd’hui : Sachsenforst cultive des arbres adaptés au changement climatique
La sylviculture aujourd’hui : Sachsenforst cultive des arbres adaptés au changement climatique
picture alliance / Jürgen Lösel/dpa-Zentralbild/ZB

Une histoire en trois parties de la forêt allemande

 

  1. Des arbres partout – au début de notre ère, les parties non-romanisées de la Germanie étaient recouvertes de forêts à 70 % ou 90 %. Les Germains habitaient les clairières en petits groupes.
  2. Des arbres nulle part – il n’y a jamais eu aussi peu de forêts en Allemagne qu’entre 1750 et 1850. Les besoins en bois pour la construction d’habitations et de navires, la mine et l’usage domestique ont fait qu’il n’y avait pratiquement plus de forêts denses vers 1800. C’est à cette époque de pénurie qu’apparaît la romantisation de la « forêt allemande ».
  3. Le reboisement – Nécessité est source d’invention. Une science, la sylviculture, a été « inventée » entre 1800 et 1815. Elle devait sauver la forêt. Le Saxon Hans Carl von Carlowitz avait inventé le terme de « durabilité » un peu avant – son idée était de ne pas abattre plus d’arbres qu’il n’en repoussait.

 

Une scène de conte de fée sur une maison à Oberammergau, en Bavière
Une scène de conte de fée sur une maison à Oberammergau, en Bavière picture alliance / imageBROKER

Deux contes de fée en forêt

 

  1. Hansel et Gretel – sont abandonnés dans la forêt par leurs parents, tombent entre les mains d’une sorcière cannibale mais se sauvent grâce à une ruse de Gretel.
  2. Le petit Chaperon rouge – veut rendre visite à sa grand-mère dans la forêt. Or celle-ci est dévorée par le loup, tout comme la petite fille (« Pourquoi as-tu de si grandes dents ? C’est pour mieux te manger, mon enfant »). Un chasseur sauve le Chaperon rouge et sa grand-mère.

 

Le tilleul de Schenklengsfeld
Le tilleul de Schenklengsfeld picture alliance / Franz-Peter Tschauner

Un arbre très spécial

 

  1. Le tilleul – de Schenklengsfeld, en Hesse –, serait le plus vieil arbre allemand, possiblement âgé de 1.250 ans. L’épicéa Old Tjikko, en Suède, détient le record de vieillesse dans le monde avec 9.550 ans. Les colonies d’arbres ayant des racines communes sont encore plus âgées : des trembles vivent en Utah depuis 80.000 ans.

 

Le sapin fait partie de la fête de Noël
Le sapin fait partie de la fête de Noël picture-alliance / Stephan Jansen

Bonus : un chant de Noël arboré

 

  1. Mon beau sapin – est un chant de Noël (populaire) ayant au moins 450 ans que l’on chante à tous les Noëls.                  

 

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: