Des villes pour piétons

Pour beaucoup de gens, des centres villes sans voitures semblent être plus agréables à vivre et meilleurs pour la santé. Découvrez ce qu'il en est en Allemagne.

La « marchabilité » est la nouvelle tendance dans les centres-villes
La « marchabilité » est la nouvelle tendance dans les centres-villes Creativemarc - stock.adobe.com

Avec le début de la motorisation de masse dans les années 1950 est né le modèle d’un « centre ville adapté à la voiture ». On voulait se rendre partout en voiture, directement de devant sa porte ou au supermarché – et l’idéal était d’avoir des ascenseurs ou des escaliers mécaniques pour avoir accès à son appartement ou à la galerie marchande. Il en résulte que beaucoup de gens manquent d’exercice et ont des maladies de civilisation, telle que l’obésité et l’hypertension artérielle. Toutefois, bien que le concept soit dépassé depuis longtemps, de nombreuses villes allemandes restent majoritairement adaptées aux besoins du transport individuel. Cela est sur le point de changer.

La « marchabilité » est le mot-clé

La ville du futur veut promouvoir un inconfort sain. Là où les piétons et les cyclistes devaient auparavant se subordonner complètement à la circulation automobile, ils doivent être à l’avenir encouragés à marcher autant que possible. Pour le bien de l’environnement et de leur propre santé.

Les experts parlent de « marchabilité ». La facilité de se déplacer à pied commence par les limitations de vitesse pour les voitures et des feux de circulation dont la durée est programmée de manière à ce que les piétons ne doivent pas attendre au milieu de rues à plusieurs voies la prochaine phase de feu vert pour piétons, phase qui est beaucoup trop courte. En outre, la marchabilité implique une conception plus complète et plus adaptée pour les piétons, avec des zones sans voitures, comme le demande par exemple l'architecte de Wiesbaden Minh Chau Tran. Elle cite aussi des critères tels qu’un bon équilibre entre les espaces résidentiels et commerciaux et des chemins courts et ombragés, sans bruit de voiture. Des chemins qui incitent à marcher, faire du vélo ou du jogging et associent ainsi le déplacement et le sport. Berlin a commencé en fermant la Friedrichstraße, l’une des rues les plus célèbres du centre ville. Jusqu’en janvier 2021, les gens pourront découvrir en empruntant une  « promenade » nouvellement aménagée à proximité du Gendarmenmarkt ce qu’est la grande ville sans bruit de circulation, embouteillage et odeur d'essence.  

Le « Park(ing) Day »  attire l’attention sur de nouvelles opportunités.
Le « Park(ing) Day » attire l’attention sur de nouvelles opportunités. picture alliance/dpa

Le « Park(ing) Day » attire l’attention

Depuis 2005, le « Park(ing) Day » qui a lieu chaque année démontre à quel point l'espace réservé aux voitures est injustifié. Chaque année, le troisième vendredi de septembre, des artistes, des designers, des personnes actives dans la politique des transports et des citoyens et citoyennes transforment un parking délimité en un parc public temporaire, un espace vert ou une zone à vocation gastronomique. Le nombre de villes allemandes participant à cette action augmente très rapidement - et elle connaît un grand succès. A Münster, par exemple, le « Park(ing) Day » a suscité la réflexion suivante : « il y a tant de visages radieux, tant de vie dans les rues. Il y a beaucoup de choses qui ont plus de sens et qui sont plus belles que garer sa voiture 23 heures par jour dans un parking ».   

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: