D’accord ou pas d’accord ?

Quels sont les points de divergence entre les différentes générations au Bundestag ? Nous interrogeons l’un des députés les plus âgés et l’une des plus jeunes.

Herbert Wollmann et Merle Spellerberg sont députés au Bundestag depuis 2021.
Herbert Wollmann et Merle Spellerberg sont députés au Bundestag depuis 2021. photothek.net / Luise Schmiedichen

Herbert Wollmann (70 ans, SPD) est l’un des dix députés les plus âgés au Bundestag. Merle Spellerberg (25 ans, Alliance 90/Les Verts) est l’une des dix plus jeunes. Un entretien sur leurs objectifs politiques.

Quels sont les grands thèmes de votre génération ?
Wollmann : Les grands thèmes sont la garantie de la retraite, la crise climatique et les services de santé. La crise climatique est un sujet transgénérationnel, le grand défi des prochaines quatre à huit années. La population attend que nous nous attelions à ce problème.  

Spellerberg : Les grands thèmes de ma génération sont la crise climatique et la justice, pensées aussi au niveau global. Il y va de la justice sociale mais aussi de la lutte contre le racisme, l’extrémisme de droite, l’antisémitisme. La justice entre les générations devrait aussi jouer un rôle. L’état actuel de la planète est l’œuvre des générations précédentes.

 

 

Quelles chances avez-vous d’agir sur ces sujets pendant cette législature ?
Wollmann : Je vois de réelles chances dans la politique des retraites. En ce qui concerne la crise climatique, il n’est en fait pas très compliqué de trouver des solutions au niveau fédéral mais on rencontre des résistances, par exemple au niveau communal contre les lignes à haute tension qui doivent transporter l’électricité du nord au sud.

Spellerberg : Je vois des chances d’agir, par exemple en faveur d’une politique étrangère féministe. Il ne faut pas considérer que l’économie et le climat sont antagonistes. Et il faut aussi aborder ces sujets au niveau international. 

Comment considérez-vous les grands thèmes de l’autre génération et comment trouver des points de convergence ?
Wollmann : Je ne vois pas de conflits entre les générations. Le mouvement Fridays for Future a permis de mettre l’accent sur l’urgence de la crise climatique. Mais ce que les jeunes demandent en la matière ne peut être immédiatement mis en application dans une démocratie.

Spellerberg : Nous avons maintenant l’opportunité d’agir sur ce pour quoi les générations précédentes se sont battues. La lutte pour la protection du climat n‘existe pas seulement depuis Fridays for Future. Les grandes lignes du conflit ne passent pas entre les générations.

© https://www.deutschland.de/fr

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: