Surmonter les crises grâce à la biodiversité

Virginijus Sinkevičius, commissaire européen chargé de l’environnement, parle de la biodiversité, de la durabilité et de la nécessité d’une coopération transfrontalière.

Biodiversity
christian-haidl.de - stock.adobe.com

M. Sinkevičius, pourquoi la protection des espèces est-elle si importante pour l’homme ?
Les espèces et leur diversité ne sont pas seulement choses agréables. Notre société, notre économie et notre santé en dépendent. Quand la nature se porte bien, elle nous protège et subvient à nos besoins. Quand elle est détruite, nous en ressentons directement les effets. La diversité biologique et les écosystèmes nous fournissent des aliments, protègent notre santé, fournissent des médicaments, des matériaux, du bien-être et du repos. Ils filtrent l’air et l’eau, régulent le climat et transforment les déchets en ressources.

Pourquoi la coopération au niveau européen est-elle si importante ? Ne pourrions-nous pas nous attaquer seuls au problème ?
C’est dans la nature de la politique environnementale. Le Danube est un fleuve allemand, autrichien, slovaque, hongrois, croate, bulgare et roumain – c’est une ressource commune. C’est pourquoi nous avons besoin d’une coopération européenne et de standards communs. En mettant en place les bonnes mesures politiques et en agissant au niveau multilatéral, l’UE peut apporter une contribution très importante à la résolution des problèmes environnementaux globaux.

A quoi ressemble la stratégie européenne pour la biodiversité d’ici à 2030 ?
La stratégie a trois grands objectifs. Le premier est la protection de la nature et l’arrêt de la dégradation des écosystèmes. Le deuxième est la création d’une capacité de résistance face aux menaces actuelles et futures comme le changement climatique et la propagation de maladies. Le troisième est un rétablissement écologique – il est essentiel que les hommes comprennent le rôle puissant que peut jouer la nature pour nous aider à sortir de ces crises.

La plupart des engagements doivent être remplis d’ici à 2030. Nous voulons créer d’ici là un réseau européen beaucoup plus étendu de zones naturelles protégées. Nous voulons également adopter un plan européen de restauration des habitats, avec des engagements concrets sur la restauration des écosystèmes dégradés, en réduisant par exemple l’utilisation des pesticides ou en plantant 3 milliards d’arbres.

Quel rôle joue la protection des espèces et de l’environnement dans la prévention des épidémies et des pandémies ?
La diversité biologique se compose de systèmes immensément complexes qui se sont développés au cours de millions d’années. L’homme, la nature et les virus font tous partie de ces écosystèmes. Si nous les détruisons par exemple par la déforestation, la dégradation des sols ou une agriculture non durable, cela augmente les risques et les instabilités. Le changement climatique en est un exemple, la propagation de nouveaux virus issus de la nature en est un autre.

Que peut faire tout un chacun pour protéger les espèces ?
Protéger notre environnement et la nature autour de nous, choisir des produits alimentaires nourrissants et sains cultivés et produits de manière durable et minimiser notre empreinte écologique, c’est ce que chacun de nous peut faire.    

Virginijus Sinkevičius, commissaire européen chargé de l’environnement, des océans et de la pêche
Virginijus Sinkevičius, commissaire chargé de l’environnement, océans, pêche picture alliance/dpa

© https://www.deutschland.de/fr/

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: