Article 4 : la liberté de religion

Josef Schuster : une liberté pour laquelle il faut se battre.

Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs en Allemagne
Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs en Allemagne Photothek via Getty Images

La Loi fondamentale est un accomplissement qu’on ne saurait surestimer. Du point de vue des communautés religieuses, l’article 4 a une importance particulière car il garantit la liberté de religion.

En raison de l’Histoire, l’importance de l’article 4 va encore plus loin aux yeux de la communauté juives. Regarder cet article dans son ensemble en vaut la peine : « La liberté de croyance et de conscience et la liberté de professer des croyances religieuses et philosophiques sont inviolables. Le libre exercice du culte est garanti. Nul ne doit être astreint contre sa conscience au service armé en temps de guerre (…). »

La liberté de croyance et de conscience est inviolable.

Loi fondamentale de la République fédérale d’Allemagne, article 4

L’expérience de la privation totale de droits et de la persécution pendant le nazisme pour la seule raison de son appartenance au judaïsme est aujourd’hui encore très présente dans les familles juives. L’arbitraire étatique qui régnait alors n’est pas une connaissance historique abstraite. Non, presque chaque famille a des souvenirs personnels des souffrances subies pendant la Shoah.

La sensibilité pour la grande importance de l’inviolabilité de la liberté de religion et des croyances philosophiques est donc plus marquée qu’ailleurs dans la communauté juive.

Nous sommes également très conscients de l’importance de la liberté de conscience, également garantie dans l’article 4. A côté des juifs, les communistes et les sociaux-démocrates ont été parmi les premières victimes des nazis. Les résistants, qui ont obéi à leur conscience, ont en général payé leur courage de leur vie. Des milliers de juifs ont souffert avec ces personnes dans les camps de concentration. Cette expérience nous unit à jamais.

Les pères et mères de la Loi fondamentale ont pondéré avec une grande sagesse les droits fondamentaux au début de la Loi fondamentale. La liberté de religion et de conscience y occupe une place prépondérante en venant en quatrième position.

Les démocrates ne peuvent pas tolérer les attaques contre les juifs et les musulmans comme étant « normales ».

Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs en Allemagne.

Nous devons nous battre pour cette liberté. Car elle n’est pas inconditionnelle au quotidien en Allemagne. Les synagogues doivent être protégées par la police. Les juifs qui montrent leur appartenance religieuse sont attaqués dans l’espace public. Les mosquées et les musulmans subissent également toujours d’hostilités et d’attaques.

Les démocrates ne peuvent pas tolérer les attaques contre les juifs et les musulmans comme étant « normales ». Tout comme chacun a, sur la base de l’article 4, le droit inconditionnel de n’avoir pas

de religion ou de la taire, tous les citoyens ont aussi le droit de vivre pleinement leur religion, conformément à la Loi fondamentale.
 

Article 4 de la Loi fondamentale
 

(1) La liberté de croyance et de conscience et la liberté de professer des croyances religieuses et philosophiques sont inviolables.

(2) Le libre exercice du culte est garanti.

(3) Nul ne doit être astreint contre sa conscience au service armé en temps de guerre. Les modalités sont définies par une loi fédérale.

 

Josef Schuster, président du Conseil central des Juifs en Allemagne
Josef Schuster est depuis 2014 président du Conseil central des Juifs en Allemagne. Il est également vice-président du World Jewish Congress et de l’European Jewish Congress. M. Schuster est médecin spécialiste des maladies internes et s’engage également dans la Croix-Rouge allemande.

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: