« Résoudre des problèmes mondiaux avec des jeux vidéo »

Les jeux vidéo peuvent-ils être porteurs de sujets sensibles et augmenter notre empathie ? La curatrice Mascha Tobe explique comment le sérieux et le jeu se rejoignent.

Notre manière d’apprendre évolue, l’industrie des jeux réagit.
Notre manière d’apprendre évolue, l’industrie des jeux réagit. Gorodenkoff - stock.adobe.com
Mascha Tobe ist Kuratorin am Computerspielemuseum in Berlin.
Mascha Tobe est curatrice au musée des jeux vidéo à Berlin.

Frau Tobe, pour beaucoup de gens, les jeux vidéo sont un refuge pour l’imagination, pour d'autres ils offrent un espace pour leur propre créativité. Pourquoi croyez-vous que les jeux sérieux et les jeux éducatifs sont cependant devenus si populaires ?
Les jeux sérieux peuvent nous mettre en contact avec des sujets sérieux mais, en aucun cas, cela ne s’oppose au plaisir de l'expérience du jeu. Beaucoup de gens aiment aussi lire des romans policiers critiques ou regardent des drames. Il s'agit de choses sérieuses, peut-être existentielles. Et nous acquerrons des expériences et des points de vue décisifs pour notre existence. Je pense qu’il n'en va pas autrement pour les jeux sérieux. Le succès des jeux éducatifs, à mon avis, en dit long  sur notre approche de l'apprentissage qui a beaucoup évolué au cours des dernières années. Nous apprenons mieux dans un environnement où nous sommes à l’aise. Aussi dans un environnement virtuel.    

Le marché des jeux sérieux ne va donc pas cesser de croître ?
Actuellement, il est difficile de faire des pronostics. Mais je vais vous dire ce que je souhaite : une industrie des jeux vidéo florissante, diversifiée et stable ayant la liberté de créer sans cesse quelque chose de nouveau, de penser librement et d’explorer davantage ce média. Du fait des événements actuels liés à la pandémie de Covid-19, notre perception de l’éducation et de l'enseignement moderne est mise à rude épreuve ; les jeux éducatifs, parallèlement aux jeux sérieux et autres jeux vidéo, devraient gagner en importance.

Peut-on vraiment, avec un jeu vidéo, traiter de sujets complexes et sensibles comme par exemple celui de la résistance au nazisme ?
Oui, le jeu « Through the Darkest of Times » du studio berlinois Paintbucket Games est un très bon exemple de la manière par laquelle des sujets historiques peuvent être traités dans des jeux vidéo. Ce jeu fait partie de la culture de la mémoire, c’est un rappel mais surtout une expérience cruciale pour les personnes qui y jouent. Ce que j’apprécie surtout, c’est la diversité des médias. Les joueurs lisent les gros titres des grands quotidiens, écoutent la radio, participent aux scènes de la vie quotidienne et à bien d'autres choses encore.  

Les jeux numériques peuvent nous faire mieux comprendre des rapports complexes et ils éveillent notre empathie en mettant en lumière des destins individuels. 

Mascha Tobe, curatrice au musée des jeux vidéo à Berlin

Pouvons-nous, à l’aide de jeux vidéo, apprendre à résoudre des problèmes mondiaux ?
Les jeux numériques peuvent, d’une part, nous faire mieux comprendre des rapports complexes, d’autre part, ils offrent la possibilité d’éveiller notre empathie en mettant en lumière des destins individuels. A mon avis, ce sont des conditions magnifiques pour apprendre à résoudre des problèmes mondiaux à l'aide de jeux numériques.

 


Un conseil pour tous les amateurs de jeux passant une journée pluvieuse à Berlin : au musée des jeux vidéo, vous pouvez voir, toucher et utiliser des jeux exposés de plusieurs décennies – qu’il s’agisse de Pong, Pac-Man ou de Space Automat.

© www.deutschland.de

You would like to receive regular information about Germany? Subscribe here: